Exhortation du mois

  

Prier ? – quelques réflexions

Prier, c’est communier avec Dieu. Avec le Dieu Créateur du monde. Avec le Dieu Unique.
Il est à l’écoute des hommes. Lui oui, mais nous ? Quand on prie, sommes-nous toujours branchés avec le Ciel ? Quand on prie sommes-nous réellement attentifs à nos propres mots ? Personnellement il m’arrive d’avoir l’impression que mes requêtes ne dépassent pas le plafond...

Jésus se retirait de la foule et passait des nuits en prière. Quelle est ma foule à moi qu’il faut que je tienne un moment à distance pour un vrai temps de prière : ma foule de SMS, de messages ? ma foule de travail ? ma foule d’amis ? ma foule de séries et d’émissions ? ma foule d’occupations ? ma foule de responsabilités familiales ? Si je ne fais pas comme Jésus, c’est-à-dire me retirer délibérément de toutes ces foules de choses et de gens, elles continuent d’envahir et d’occuper l’espace : je ne peux pas avoir de vrai moment de prière.

Nous sommes les débiteurs de Dieu. Cela veut dire qu’il continue de nous donner plus que ce que nous lui rendons. Nous n’en avons pas assez conscience ! Parfois nous sommes carrément aveugles : ses faveurs à notre égard passent complètement inaperçues à nos yeux. Certains finissent même par inverser les choses, en pensant que c’est Dieu qui a une dette envers eux, vu comment ils se sont investis dans la foi alors que Dieu les a laissés dans leurs problèmes...
Que nos prières soient donc salées d’actions de grâces ! Ce terme biblique - eucharistia- désigne la prière qui est ‘’attentive aux faveurs’’. Ailleurs ce mot est employé ainsi : « Et soyez reconnaissants ! » (eucharistos, Colossiens 3 v.15). La reconnaissance est une attitude qui se décide, c’est une posture volontaire du cœur. Cette posture sincère aboutit à des mots qui s’adressent au Seigneur pour lui dire merci : c’est l’action de grâces. Quand cette attitude et cette prière manquent, je suis un acharistos : un ingrat.

Dans un sermon sur la prière, le prédicateur anglais Spurgeon dit avoir rencontré des personnes qui lui affirmaient que ce que les chrétiens appellent des réponses à la prière sont en réalité juste des coïncidences. Mais, dit-il, j’ai remarqué que les coïncidences arrivent davantage quand je prie, et moins quand je ne prie pas ! Et plusieurs de ces ‘‘coïncidences’’ sont le fruit des prières des autres !

Jésus finit sa prière en disant au Père : « qu’il arrive non pas ce que je veux moi, mais ce que tu veux toi » en Matthieu 26 v.39. Est-ce que mes prières sont des ordres donnés à Dieu, ordres certes bien déguisés ? Oui, ce sont des ordres si mon cœur ne dit pas avec sincérité qu’au-delà de ma demande formulée, je veux toutefois qu’il arrive in fine ce que Dieu veut Lui, et pas ce que je veux Moi.